Note Méthodologique WeNR

Cette note méthodologique a pour objectif d’expliquer le fonctionnement de WeNR, l’outil de mesure de l’empreinte environnementale des systèmes d’information développé et proposé par le réseau des Instituts du Numérique Responsable (INR) en Europe en collaboration avec ses partenaires, dont entre autres La Rochelle Université et l’EIGSI. 

WeNR 2021, première version de l’outil lancée le 31 mars 2021, a analysé l’impact de l’utilisation de plus de 1,3 million d’employés européens et de 5 millions d’appareils numériques, sur la base des réponses de 75 organisations européennes participantes.

Avec WeNR, nous souhaitons permettre à toute organisation de mesurer les émissions de gaz à effet de serre (GES) associées à son système d’information (SI) et évaluer sa maturité numérique responsable. Ainsi, l’enjeu est de permettre de piloter le déploiement d’approches numériques responsables dans des organisations de toutes tailles.

À ces fins, WeNR est un outil en libre accès, sur des sessions de 2 à 3 mois, ayant lieu 1 à 2 fois par an, basé sur des données ouvertes et publiques. Les données calculées donnent une idée générale de l’empreinte du SI, mais ne peuvent en constituer un calcul exact compte tenu de l’ensemble des facteurs à prendre en compte.

Un outil créé à partir d’une base ouverte

Utiliser WeNR permet aux organisations de calculer l’empreinte environnementale de leur Système d’Information (SI) à partir d’une base ouverte de facteurs d’impacts dont les principales sources sont :  

Texte expliquant le fonctionnement de WeNR 2022

Les étapes de création du rapport

La création du rapport WeNR passe par 3 étapes principales : 

Les rapports créés, constitués d’une quinzaine de pages, apportent des informations sur l’empreinte du Système d’Information. Les organisations membres des INR en Belgique, Suisse et France obtiennent un rapport plus complet et plus détaillé que les organisations non-membres. Également, elles bénéficient de rapports complémentaires remis plus tard dans l’année pour leur permettre de comparer leurs résultats, de manière anonymisée, à plusieurs moyennes (globale, par taille d’organisation ou par secteur d’activité). 

Description de la procédure d’évaluation

Comprendre les émissions de GES issues de l’activité numérique de l’organisation (empreinte numérique ci-après) est une tâche complexe nécessitant la collecte de grandes quantités de données provenant de nombreuses sources différentes, ainsi que la modélisation et l’inférence, car il n’existe pas de données condensées et complètes. Les procédures d’évaluation combinent généralement des méthodes et des données descendantes avec des données ascendantes complémentaires.

Selon la recommandation L.1450, la procédure d’évaluation pour estimer l’empreinte du numérique consiste en un certain nombre d’étapes différentes, qui sont résumées dans la liste ci-dessous.

A. Définir le but et le périmètre de l’étude : 

  1. Définir l’objectif global de l’étude en ce qui concerne la couverture du secteur des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC), l’horizon temporel et la couverture géographique ; 
  2. Définir l’unité de référence ;
  3. Définir les détails des limites : 
    • les limites du secteur des TIC ; 
    • l’horizon temporel, c’est-à-dire si l’étude a l’intention d’estimer l’empreinte historique, actuelle ou future ; 
    • les limites géographiques, c’est-à-dire si l’étude couvre le secteur des TIC dans un pays, un groupe de pays ou au niveau mondial. 

B. Collecte et analyse des données : 

  1. Pour chaque catégorie de biens TIC, les données suivantes devront être collectées : 
    • volumes ; 
    • durée de vie opérationnelle ;
    • émissions de GES par catégorie de biens ;
    • émissions de GES au stade de l’utilisation ; 
    • émissions de GES incorporées ; 
    • facteurs d’émission de GES. 
  2. Collecte des données contextuelles utiles à l’interprétation des résultats, telles que le nombre d’abonnés et le trafic de données. 
  3. Si l’étude vise à estimer les résultats par rapport aux émissions globales de GES, des données doivent être collectées pour ces émissions. 
  4. Pour chaque point de données, les ensembles de données disponibles doivent être analysés du point de vue de la qualité, les limites, les hypothèses, etc. 

C. Calcul de l’empreinte du secteur des TIC : 

  1. Calcul de l’empreinte de chaque catégorie de biens TIC. 
  2. Calcul de l’empreinte globale du secteur en additionnant les empreintes des différentes catégories de biens TIC. 

D. Interprétation des résultats : 

  1. Analyse de l’empreinte globale du secteur en additionnant les empreintes des différentes catégories de biens TIC. 
  2. Comparaison obligatoire des résultats avec d’autres études et analyse des différences et des similitudes entre les résultats.
  3. En option, dérivation et analyse de l’empreinte par utilisateur et par trafic de données, en particulier si l’étude doit être réalisée dans le cadre d’un projet de recherche. 

E. Création de tableaux de bord :

  1. Rapport exposant clairement le but et la portée de l’étude. Il décrit la justification de l’étude, les hypothèses formulées et la définition des concepts clés (l’unité de référence) et les limites du secteur des TIC appliquées.
  2. Référence de l’ensemble de données. 
  3. Droits ou accès – toute confidentialité connue, droits de propriété intellectuelle, droits statutaires, licences ou restrictions sur la réutilisation des données. 

La méthodologie WeNR s’appuie sur ces étapes. A partir de cette recommandation, nous avons créé plusieurs formules de calcul à la fois quantitatives et qualitatives. 

Les formules de calcul d’impact

La première étape du travail concerne le calcul de l’impact du SI d’un point de vue quantitatif. L’étude WeNR a fait le choix de ne porter que sur les Gaz à Effet de Serre (GES). Ce parti pris de ne focaliser que sur un seul type d’indicateur a permis d’être le plus précis possible sur les résultats donnés. Compte tenu de l’ensemble des données fournies et de l’ensemble des paramètres à prendre compte, il existe néanmoins une part d’incertitude dans les chiffres fournis. Cela est d’autant plus vrai que les données disponibles ne le sont pas à 100% : malgré la densité des données disponibles, un certain nombre d’impacts restent pour l’heure non évalués et non évaluables. 

La seconde étape consiste en l’évaluation de la maturité de l’organisation en termes de mise en place de bonnes pratiques numérique responsable (maturité NR) : c’est l’analyse dite qualitative. 

Analyse quantitative

Impact : la formule calcule l’impact de la fabrication des équipements numériques. 

Formule de calcul

L’impact de fabrication d’un type d’équipement est calculé en multipliant le nombre d’appareils de ce type par leur facteur d’impact de fabrication.

Impact : les formules calculent l’impact de l’utilisation des équipements numériques. 

Ci-dessus, nous avons d’abord calculé l’impact de l’utilisation de l’appareil en le multipliant par les heures d’utilisation par an et par le facteur d’émission GES de l’électricité utilisée, en fonction du pays de consommation ou d’autres informations fournies par les répondants. Si nous calculons l’impact d’un équipement de centre de données, nous devons également le multiplier par la métrique d’efficacité énergétique de ce centre (PUE).

Pour obtenir l’impact total sur l’utilisation, nous le multiplions par le nombre total d’appareils de ce type.

Impact annuel total : cette formule calcule l’impact global sur les GES du SI au prorata de la durée de vie des équipements. 

Formule de calcul

Nous avons calculé l’impact GES annuel global du SI en divisant l’impact de la fabrication de chaque type d’équipement par le nombre d’années d’utilisation, et en y ajoutant l’impact de l’utilisation sur un an. Nous quantifions ainsi les émissions de gaz à effet de serre en fonction de la durée de vie des équipements.

Analyse qualitative

L’évaluation de la maturité NR est basée sur des colonnes montrant le degré d’avancement dans la mise en œuvre de chaque bonne pratique en fonction des objectifs fixés par l’organisation. L’évaluation comprend le calcul du niveau d’avancement moyen de chaque bonne pratique correspondant à chacune des 10 principales catégories couvertes par le référentiel. Si aucune valeur n’est fournie pour l’une des pratiques indiquées, cette donnée ne sera pas prise en compte lors du calcul de la moyenne.

Sur base de l’expérience acquise avec l’édition 2021 du WeNR, la méthode de calcul a été revue comme suit pour l’édition 2022. L’objectif de l’analyse est d’évaluer le degré de maturité selon deux critères :

La maturité est d’autant plus élevée que les objectifs sont ambitieux et leur avancement atteint.

La répartition du calcul de la maturité NR est la suivante :

Formule de calcul

Ce graphique montre comment les valeurs ont été calculées. 

Sources


Copyright © 2022 WeNR - Institute for a Sustainable IT Europe